Cosmo

« Écrire, c’est flotter dans le vide » – Rosa Montero, La folle du logis, éd. française Métailié, 2004
latin « lato sensu » = au sens large

Et puis tiens, illustrons ce petit dessin d’un vieux poème, aux rimes imparfaites mais que bon, quand même, j’aime bien :

Il vient toujours avec la nuit
Lorsque le ciel s’enfuit sous cape
Cette impression que l’on s’échappe
Vers un monde éloigné du bruit

Alors tâtonnant on attrape
Quand plus rien ou presque ne luit
L’obscurité où sont les fruits
Qui mûrissent en fertiles grappes

Pour exprimer des petits riens
Ecrire les choses qui sont loin
Coucher sur papier un émoi

Dire à la lune que l’on va bien
Dire aux étoiles de prendre soin
De ceux qu’on voudrait près de soi

♪ Richard Wagner : Lohengrin, prélude à l’Acte 1

Laisser un p'tit mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s