Novembre, déjà?

pianocha

Bah voui, tiens, j’me suis dit qu’un p’tit chat , c’est toujours sympa ! (Sauf quand ça perd ses poils ou que s’est infesté de puces). Dites, si vous avez un peu de temps à tuer une merveilleuse envie de lire – et surtout de cliquer sur le bouton « j’aime » en bas de la page – j’ai deux courtes oeuvres actuellement chez ShortEdition !

- « Le grippe-sou des eaux usées », brève (mais intense) fable bureaucratique absurde http://short-edition.com/oeuvre/tres-tres-court/le-grippe-sou-des-eaux-usees

- « Happy Tunes », youkaïdi youkaïda, ma première planche BD en compétition ! Une tendre petite histoire d’amour.. http://short-edition.com/oeuvre/strips/happy-tunes

Et on se met une vidéo qui fait oublier que ça y est c’est l’heure d’hiver et le mois de novembre ; attention à ne pas faire ce qu’ils font en ce moment, c’est un coup à choper un mauvais rhume !

A dream

Chako:

Tout le monde devrait apprendre ce poème à l’école pour s’en souvenir à l’âge adulte.

Essai de traduction :

Un rêve m’a pris la main
Nous voyageons à travers le monde
Il est mon trésor

J’étais au plus bas, il m’a donné
L’espoir, mon joli rêve d’enfant

Originally posted on Hortus Closus:

big-push-paul-bond

Painting by Paul Bond

A dream took my hand,
We travel around the world.
It is my treasure.

I was down, it had given
Me hope, my little child dream.

Voir l'original

Marée chaussée

Demain c’est l’été, l’époque où fleurissent les maillots de bain !ImageImage

Ah oui, le célèbre appel du 18 juin (qui me permet de faire un jeu de mots que je pourrais dédicacer aux fillettes de Sous Nos Couettes), symbole fondateur de la Résistance française – sans quoi on serait restés dans l’Histoire comme des collabos, AH-HA! comme dirait Pierre-Emmanuel Barré. Enfin bref, tout ça c’est bon pour l’industrie des pompes funèbres, et c’est les plages de Normandie qui ont trinqué. Remarquez, je préfère celles de la Charente-Maritime et de l’Aquitaine, mais ce n’est que mon avis.

Revenons à nos patins. Pourquoi cette expression, au fait, pour désigner ce que les anglophones appellent french kiss ? Vraisemblablement, « patiner » est un ancien mot d’argot pour désigner une caresse à tendance excitatrice (excitationneuse ?), ensuite « galocher »… ben, la galoche se référant à une chaussure, c’est finalement assez proche du patin. Quant à la pelle, j’en sais rien – toujours est-il que, si on se prend un râteau, c’est qu’on avait fait mauvaise pioche, ha! ha! ha! Et, à propos d’amour, le magnifique Crépuscule de Victor Hugo sur lequel ont planché les lycéens pour le bac, et qui a valu au pauvre Victor et même à Léopoldine une avalanche de messages aussi cons que méchants sur Twitter… Triste époque. Heureusement qu’il nous reste Stéphane De Groodt.

Pour ce qui est de l’actualité, étant (j’espère) futur intermittent du spectacle, je ne peux pas ne pas partager cet excellent article de chez Mediapart parce que faut dire ce qui est, c’est pas le coût de l’intermittence le problème - exactement comme le FN qui parle toujours du coût de l’immigration en oubliant volontairement le bénéfice - c’est que c’est un modèle que le patronat souhaite dégommer parce qu’il est à contre-courant de l’idéologie archaïque de plein-emploi et de paritarisme social-libéral. Ici : Le modèle des intermittents, c’est une sortie du chômage de masse

Ou, pour faire plus simple et détendu, une excellente vidéo d’Aldebert qui nous explique tout bien comme il faut : Feignants d’intermittents

Allez, on se quitte sur une belle chanson québécoise parfaitement d’actualité !

♪ Beau Dommage : Complainte du phoque en Alaska